Bilan 2018 : Les secteurs bancaire et financier sont les plus touchés par les plaintes déposées auprès de la DGCCRF

Dans le cadre de son bilan 2018, la DGCCRF ou la Direction générale de concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes a recensé pas mal de manquements et d’anomalies dans le secteur de service. D’innombrables consommateurs ont déposé leurs plaintes auprès de cet organisme pour avoir été mal mené. Cependant, le taux de réclamations a nettement baissé au cours de l’année dernière. D’après les données recueillies par cet organisme, les banques et d’autres secteurs financiers ont reçus environ 3% des plaintes globales.

Baisse des réclamations perçues par la DGCCRF

Grâce à la conviction de la DGCCRF, l’offre et la demande de bien et service s’effectue harmonieusement. Par ailleurs, certaines anomalies ou manquements perturbent un peu cette équilibre. D’ailleurs, c’est le rôle principal de cet organisme de veiller au bon fonctionnement de ce processus. Evidemment, il convient de gérer la concurrence et la consommation. Chaque année, cette direction rattachée au ministère de l’économie établit un bilan afin de voir le déroulement des activités tous secteurs confondus. En effet, la DGCCRF reçoit toutes les réclamations dans le territoire national. D’après les données rassemblées par cette dernière, en 2018, 64607 plaintes ont été reçues. Ce qui signifie qu’il y a une diminution considérable par rapport aux années précédentes. La baisse est estimée à 9% de moins que chaque année. Sur ce, les secteurs bancaires et financiers ont pris la 11ème position en terme d’infractions. Ils n’ont reçu que 3% des plaintes. Environ 2000 dossiers concernent particulièrement la banque et d’autres compagnies qui s’exercent dans la finance. Entre autres, le secteur immobilier, assurance et télécommunication sont les plus touchés par les réclamations des tierces personnes.

Constatation d’un taux élevé d’anomalies pour le regroupement de prêt

Outre les nombreuses réclamations, des contrôles de la DGCCRF ont abouti à la prise en main d’autres chiffres sur des manquements dans le secteur financier. En effet, cet organisme a pu étudier plus de 543000 cas tout au long de l’année 2018. 128500 cas ont été jugés non conforme aux normes autorisées. Dans la plupart des cas, il s’agit d’une publicité sur le rachat de crédit pouvant induire en erreur les consommateurs. D’ailleurs, des institutions financières se vantent d’exercer des services dans le cadre de la restructuration de prêt comme le rachat de credit simulation en ligne. Plus d’une centaine d’entreprise ont fait l’objet d’enquête approfondie. La DGCCRF constate donc une hausse conséquente de cette pratique avec ces 27%. Cette pourcentage dépasse largement les chiffres de l’année 2016. Du coup, des sanctions ont été établies pour ces dernières. Certaines ont eu un simple avertissement et d’autres des injonctions. Entre autres, le secteur du tourisme est également un terrain de jeu de ces infractions. Les contrôleurs ont constaté 41% de manquements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *